Tom Le Falher, parrain Fabrik ta pépite promotion 2021-22

Aucun entrepreneurs dans son entourage. Pourtant, il se lance dans l'aventure avec le SNEE après son M1. De quoi se concentrer sur son projet, le lancer et le développer. Passionné et convaincu d’avoir fait le bon choix il fait le choix d'arrêter les études pour se consacrer à 200 % à l’entrepreneuriat.
Rencontre avec Tom Le Falher, parrain Fabrik ta pépite.

Tom Le Falher

Quelle est ton activité aujourd’hui ?

J'en ai plusieurs. J’ai ouvert avec un ami le restaurant La Fine Bouffe, à Brest, il y a un peu plus d’un an. On propose des sandwichs travaillés, gourmands, d’inspirations diverses, autour du fait-maison, du local, et de la gourmandise.
A côté de ça, je travaille avec 2 associés sur l’ouverture d’un bar qui s’appellera « La Source », situé en bas de la rue de Siam, et qui devrait ouvrir ses portes courant avril avec une déco très travaillée, des bières crafts, des bons vins nature et des cocktails originaux.
J’ai aussi d’autres projets d'établissements qui ouvriront avant la fin de l’année. Mon activité c’est donc de travailler à la création, au développement, et à la pérénisation de nouveaux établissements.

Entreprendre c'est quoi pour toi ?

Le choix de la liberté. La liberté de s’exprimer à travers son entreprise, de mettre en avant des valeurs qui nous sont chères, de choisir les gens avec qui on travaille, la liberté de contrôler ce que l’on produit, vend.

Entreprendre c’est aussi apprendre, énormément, tous les jours, à grande vitesse. C’est avoir 1000 casquettes, devenir RH, comptable, commercial, créateur, tout ça à la fois. Entreprendre c’est comme un énorme voyage dans lequel on se découvre, on rencontre des gens incroyables, on s’épanouit, on grandit, on tombe, on se relève…

C’est une aventure incroyable, que je souhaite à tout le monde de vivre un jour, car cela change la vie!!

Fabrik ta pépite, ça t'évoque quoi ?

Une idée super, très en phase avec les nouvelles générations qui arrivent. Les parcours scolaires « classiques » ne mettent selon moi que très peu l’entrepreneuriat au coeur des possibilités d’orientations, c’est une erreur. De plus, et c’était mon cas, lorsqu'aucun de nos proches n’a d’expérience entrepreneuriale, il peut être difficile de se lancer, de trouver des conseils, des informations.

Ce challenge permet d’avoir une bonne raison pour se lancer, itérer, essayer, sous les conseils de professionnels, à une échelle plus modérée, avant de sauter (ou pas) dans le grand bain.

J’aurai adoré pouvoir participer à ce challenge il y a 2 ou 3 ans pour tester mes idées et me challenger.

La fine bouffe

Comment vois-tu ton rôle de parrain Fabrik ?

Je suis toujours enclin à discuter avec des gens qui veulent se lancer. Attention, je suis jeune, je n’ai pas 15 ans d’expérience dans l’entrepreneuriat, j’apprends tous les jours et je demande moi même des conseils à des entrepreneurs plus aguerris que moi, donc ce que je vais dire c’est en toute modestie. Mais je me dis que si mon retour d’expérience peut rassurer, confirmer certains choix, gommer des doutes, ou permettre d’apporter quoi que ce soit de positif aux participants du challenge c’est avec plaisir.

Je suis disponible pour répondre aux questions ou pour donner des conseils à tous les gens qui le souhaiterent et qui peuvent me contacter via LinkedIn.

Un petit mot pour les participants à Fabrik ta pépite ?

Lauréat ou pas, déçu ou pas, la validation de cette expérience ou son bien-fondé ne tient pas dans l’annonce des résultats, c’est un bonus. Je pense que, au travers de ce challenge, si vous avez ressenti cette euphorie, cette excitation liée à la création, à l’entrepreneuriat, si comme moi vous avez été piqué et vous avez pris goût à ce mode de travail et à ce mode de vie, alors lancez-vous.

N’écoutez pas les gens qui vous décourageront (il y en aura croyez-moi), allez toujours de l’avant, faites des choses, prenez des décisions et des actions chaque jour pour construire et développer votre projet. Le plus gros risque serait de ne rien faire et de passer une vie à regretter de ne pas avoir tenté.